Éditorial : Cher Thomas

Cher Thomas,

Merci d’avoir dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. Merci d’avoir émis des doutes sur la réalité de la résurrection de Jésus. Tu voulais des preuves, tu voulais le voir, le toucher, être sûr. Merci, car je suis un peu comme toi. Parfois, je doute, parfois je crois ce que les autres me disent. Ils ont fait l’expérience de sa présence et ils me racontent leurs rencontres inattendues avec lui et les signes pour eux sont évidents. Alors je me réjouis avec eux, mais au fond de moi, il y a une petite voix qui me dit : est-ce aussi sûr ?

C’est vrai que la nouvelle est de taille et un peu difficile à accepter : il était mort et maintenant, il est vivant ! Pour nous prouver que ce n’est pas un rêve, tes amis, les premiers disciples nous affirment avoir mangé avec lui plusieurs fois. Ils racontent même qu’il apparait et disparait souvent, spontanément  comme par magie.

Si je comprends bien le récit de ta rencontre avec Jésus, tu voulais le voir et le toucher et c’est toi qui a été touché. Tu t’en voulais d’avoir été absent le jour où ils l’ont rencontré et tu t’es enfermé dans ta conviction : des preuves sinon pas question de croire. Il vous apparaît de nouveau et tout se passe très simplement. Il te parle et il t’invite à le toucher. L’as-tu fait ? Je ne sais mais ta réponse vaut tous les gestes : « Mon Seigneur et mon Dieu ». Ce n’est plus la tête qui parle c’est le cœur. Je sens que tu as été bouleversé et qu’une nouvelle vie a démarré pour toi.

Alors, j’ai envie de partager avec toi cette expérience. J’ai envie qu’à mon tour, il me touche. J’ai envie de dire à l’unisson avec toi : « Mon Seigneur et mon Dieu ». D’ailleurs ta profession de foi concise est devenue celle de tous les chrétiens. Merci Thomas, de m’avoir mis sur le chemin de la foi. Oui, j’affirme avec toi et avec joie que le Christ est ressuscité. Alléluia !

Père Jean COURTES

Les commentaires sont fermés