PENTECOTE – 20 mai 2018

 

Le récit de la Pentecôte est toujours impressionnant par sa force, ses contrastes, sa mise en scène. Une poignée d’hommes et de femmes paralysés par la peur de subir le même sort que leur maître, sont saisis d’une force nouvelle qui les fait sortir et parler à tout le monde. Chacun les comprend, car ils parlent de Dieu avec leur cœur. Pour eux, c’est la force promise par Jésus, le Défenseur, l’Esprit de Dieu, qui est là, présent et qui leur donne assurance, courage et justesse des mots et du ton.

Depuis 2000 ans, ce feu de Dieu descend sur les hommes. Il vient habiter dans leur cœur, les relier au Père et au Fils ressuscité, les unir dans une même communion spirituelle. Certes, il est discret, invisible à l’œil nu, mais il est là pour inviter chacun et tous, à dire OUI au Dieu qui nous fait vivre. En fait, il nous entraine à la foi en ce Dieu d’amour et d’alliance qui s’est donné et se donne encore à nous.

Depuis 2000 ans, ce feu de Dieu pousse les croyants à manifester leur foi par la parole. Parole de vie, de vérité et de pardon, elle vient éclairer notre propre vie et celle du monde ; elle vient proclamer que toute vie a un sens quelques soient les épreuves ; elle vient nous faire avancer sur notre chemin. Cette parole est un puissant moteur qui nous permet de passer des cols et d’aller plus loin, au-delà des obstacles. Se laisser « remplir d’Esprit Saint », c’est s’ouvrir à cette parole qui nous traverse et nous pousse au don et à l’amour.

Grâce à l’Esprit Saint nous nous adressons à Dieu dans la prière. Grâce à lui, nous vivons ensemble en communion de foi, d’espérance et de fraternité. Grâce à lui, nous accueillons et donnons à notre tour le pardon. Comme le dit Saint Paul aux Galates, grâce à lui, nous vivons dans l’amour, la joie, la paix, la patience, la bienveillance, la bonté, la confiance dans les autres, la douceur et la maîtrise de soi (Ga5, 22). Puissions-nous en cette Pentecôte l’accueillir avec plus d’ouverture et de foi. C’est la grâce que je nous souhaite.

 

Père Jean COURTES

Les commentaires sont fermés