Dieu nous invite à la vie – 1° juillet 2018 – 13° dimanche B

L’évangile d’aujourd’hui nous présente deux situations médicales désespérées : une jeune fille au bord de la mort et une femme condamnée à la souffrance depuis des années. De quoi crier comme beaucoup : « Qu’est-ce que j’ai fait au bon dieu pour mériter cela ? » Quand nous sommes devant l’impensable et l’inéluctable qui met notre vie en danger, nous cherchons le responsable. Le livre de la Sagesse est clair et net : Dieu n’a pas fait la mort. Il veut la vie.

Alors, il nous faut peut-être revoir notre idée sur Dieu créateur. Qu’entendons-nous par là ? Qu’il crée l’homme et qu’il a le pouvoir de vie et de mort sur lui ? Si oui, il permettrait le cancer et la guérison à certains et pas à d’autres ? Nous sentons bien la fausse piste car elle ne correspond pas au Dieu de la bible et à l’image du Père que Jésus nous a révélé.

Oui, Dieu crée une nouvelle vie en nous parce qu’il nous aime et que cela change notre vie. Tous les amoureux du monde le savent, l’amour nous transforme, nous fait découvrir une vie nouvelle et nous ouvre des horizons nouveaux. Aimer, être aimé, c’est naitre une nouvelle fois !

Dans l’évangile, la femme guérie commence une nouvelle vie de relation et de partage. Sa foi en Jésus provoque le miracle. Celle des parents de la jeune fille aussi. Elle va même être une révélation pour Pierre, Jacques et Jean, comme à la Transfiguration : Jésus est du côté de la vie non de la mort. Il nous veut vivants. Lui-même va faire le chemin de la vie qui conduit à la résurrection.

Que nous vivions des situations difficiles, fragiles ou joyeuses, notre Dieu est là, présent au cœur de nos vies. Osons la confiance et la foi. Appuyons-nous sur lui quand nous en avons besoin, laissons-nous porter quand il le faut et prenons la main qu’il nous tend en permanence.

Père Jean COURTES

Les commentaires sont fermés