Appelés et envoyés – 15° dimanche B – 15 juillet 2018

Jésus choisit les 12 pour qu’ils annoncent sa parole. Il les forme et les envoie deux par deux avec des consignes simples et pratiques : dépouillement, vie précaire et au jour le jour, se laisser accueillir, être attentifs à ceux qui souffrent et aux malades. Pas plus, pas moins.  Et si certains ne les reçoivent pas, qu’ils ne s’acharnent pas, qu’ils aillent ailleurs. Voilà leur mission, qu’ils partent en confiance.

Jésus en a envoyé d’autres. L’évangile de Luc parle de 72 disciples. En fait c’est tous ceux qui croient en sa parole qui sont mobilisés pour celle-ci soit connue et que la Bonne Nouvelle se répande. Pour une part, ils réussissent, pour une autre part, ils vivent le refus et l’échec.

Depuis plus de 2 000 ans, Jésus envoie des hommes et des femmes annoncer sa parole. Bien sûr, il y a parmi eux des évêques, des prêtres et des religieux, hommes et femmes, qui consacrent leur vie à temps plein à la mission, mais c’est tous les baptisés, c’est toute l’Eglise qui est envoyée évangéliser. Vous les parents, vous le savez bien puisque vous avez essayé de transmettre la foi chrétienne à vos enfants. Vous les parrains, marraines aussi puisque vous avez pris la responsabilité d’êtres des éveilleurs de foi auprès de vos filleuls. Vous qui avez été confirmés, vous avez reçu l’Esprit pour cette mission. Aujourd’hui, où en êtes-vous ?

Nous savons tous par expérience que la réussite n’est pas dans une méthode catéchétique. Certes, il faut utiliser les moyens pédagogiques de son temps pour intéresser, mais l’essentiel est ailleurs. La foi est relation à Dieu, à nous de proposer et de faire partager notre dialogue avec lui. Qu’est-ce que la foi en Dieu change dans ma vie ? Quel éclairage l’évangile nous apporte pour notre quotidien en termes de vérité, de partage, de fraternité ? Quelle espérance nous pouvons faire partager aux autres face à la maladie et la mort ?

Aujourd’hui, où en Europe, les chrétiens sont minoritaires, leur témoignage de foi est primordial. Ne donnons pas de leçons de morale, mais disons avec humilité net conviction cet amour qui nous habite et qui nous tient à cœur. Témoignons que le Christ aime tous les hommes et que notre Eglise est un lieu de vérité, de liberté, de fraternité. Manifestons le plus grand respect pour ceux qui ne croient pas comme nous ou pas du tout. Disons leur seulement la joie que nous avons de croire en un Dieu qui a fait alliance avec toute l’humanité. La grâce de Dieu nous est donnée pour cela.

Père Jean COURTES

Les commentaires sont fermés