Intériorité et mission – année pastorale 2018-2019 – 16 septembre 2018

Nous vivons dans un monde agité et rapide où le temps semble filer entre nos doigts. Nous n’arrivons plus à nous poser, nous reposer, faire silence pour goûter quelques miettes d’éternité. Beaucoup de nos contemporains et peut-être nous, ont du mal à arrêter leurs portables, montre connecté, ordinateur, pour prendre un temps pour soi, se retrouver, se ressourcer.

Cette année à Notre Dame de la Sagesse, nous vous proposons d’avancer sur ce chemin de l’intériorité. Certes, nous pourrions faire venir des spécialistes d’Ignace de Loyola, de Jean de la Croix ou Thérèse d’Avila, mais il est préférable d’essayer nous-mêmes d’entrer dans cette recherche, même modestement. Nous pouvons nous appuyer sur la longue tradition spirituelle aussi bien de l’Ancien que du Nouveau Testament. Rappelez-vous Elie qui trouve la présence de Dieu dans le souffle respiratoire de la création. Et Jésus qui se retire souvent dans le désert pour prier. A chacun d’entrer dans cette démarche et d’avoir la volonté de prendre chaque jour, chaque semaine ou chaque mois un peu de son temps pour se retrouver, écouter les battements de son cœur, de celui du monde et de Dieu. Si nous n’en avons pas l’habitude, il ne faudra pas se décourager et recommencer car les premiers pas sont toujours difficiles !

Dans notre communauté, certains s’appuient sur tel ou tel maître spirituel ou prient avec de beaux textes qui les nourrissent spirituellement. Je propose que tous les dimanches de l’Avent après la communion, une personne nous fasse découvrir et nous partage sa prière, sa méditation avec un texte, un poème ou une musique. Ainsi nous nous entraiderons sur ce chemin de l’intériorité. Et si beaucoup s’inscrivent, nous continuerons pendant le temps de Noël. Bien sûr, nous reprendrons cette année les groupes de partages d’évangile pendant le carême et la veillée de prière 30 mars ira dans ce sens. D’autres initiatives verront peut-être le jour pour permettre à chacun de « gagner en intériorité spirituelle ».

 

Le chrétien marche sur deux pieds : celui de sa relation au Christ et celui de l’annonce de sa parole. Nous continuerons d’avancer sur ce point. Pourquoi ne pas prendre de bonnes résolutions en ce début d’année pastorale ?  Je propose que pendant l’Avent et le temps de Noël, chacun se décide à aborder en famille un sujet  touchant la naissance et la vie de Jésus. Il ne s’agit pas de faire un sermon ou un cours, mais de proposer un échange et une réflexion. Peut-être préférerez-vous le temps pascal pour aborder la mort de Jésus et la vie éternelle ? La famille élargie est notre premier terrain de mission !

Autre idée : se saisir d’évènements heureux ou malheureux, comme naissance, mariage, enterrement, pour avoir des conversations spontanées et profondes entre collègues, amis, etc.

Autre idée : la lecture d’un livre qui vous a touché et qui a des résonnances spirituelles. Par exemple, j’ai lu l’an dernier le roman BAKITA de Véronique Olmi, qui est propice à l’échange sur des questions de la vie et de la foi. Il y en a bien d’autres et vous devez  avoir vos préférés ! Si vous êtes plus sensibles aux films, certains comme celui de Wim WENDERS sur le pape François, peuvent vous aider à amorcer un dialogue avec ceux qui sont en « périphérie » de la foi et de l’Eglise.  Et nous pourrions tous les mois avoir dans la prière universelle, un espace pour confier à Dieu nos interlocuteurs et notre démarche.

2018-2019 sera, j’en suis sûr, une excellente année pastorale avec la grâce de Dieu et notre bonne volonté commune.

Père Jean COURTES

Les commentaires sont fermés