Observer et attendre ! – 33° dimanche B – 18 novembre 2018

Incendies gigantesques en Californie, canicule en France cet été, inondations catastrophiques dans la banlieue de Carcassonne en octobre, tsunamis, ouragan Irma  dans la mer des Antilles, attentats, guerres multiples, etc. L’actualité rallonge la liste et les explications sont déroutantes. Est-ce la fin du monde que sonne le dérèglement climatique et la disparition de la bio diversité ? A lire les textes d’aujourd’hui, nous pourrions le croire. Jésus en effet, prend des images apocalyptiques fortes : le soleil ne brillera plus, la lune restera noire, les étoiles tomberont… Tout cela nous laisse songeur et fait un peu froid dans le dos !

 

La première partie de la Bonne Nouvelle se trouve chez le prophète Daniel. Il annonce que le peuple sera délivré, que ceux qui sont morts, ressusciteront et qu’un nouveau monde verra le jour avec des gens exceptionnels. Jésus lui annonce que Dieu enverra ses anges pour rassembler des quatre coins du monde, notre humanité destinée à la vie éternelle. Quand cela arrivera-t-il ?  Nul ne sait, mais le mouvement est irréversible comme le printemps succède toujours à l’hiver. Observons et attendons !

 

Pour ce faire, gardons fidèlement les paroles de Jésus, c’est à dire vivons-les le mieux possible. Ne soyons pas passifs mais au contraire vivons à fond notre foi et notre espérance dans un amour renouvelé par Dieu. Ne nous affolons pas, soyons dans la paix et la sérénité que donne la certitude d’une foi sans réserve.  Jésus lui-même viendra nous chercher pour nous faire entrer dans la vie éternelle.

 

Qu’est-ce que la vie éternelle ? Dans l’évangile, elle est communion de Dieu et de l’homme ; elle est cette vie d’amour qui unit le Père et le Fils ; elle est cette alliance de Dieu avec l’humanité en Jésus-Christ. Elle est cette vie du Ressuscité qui nous ouvre à une nouvelle fraternité. La parabole du bon samaritain nous rappelle qu’elle se découvre sur nos chemins, dans nos relations les plus imprévisibles, chaque fois que nous vivons notre humanité spontanément avec notre cœur de chair. Observons, attendons, vivons avec le Christ.

 

Père Jean COURTES

Les commentaires sont fermés