Etre juste ! 3° dimanche de l’Avent – 16 décembre 2018

Que devons-nous faire demandent les foules à Jean le Baptiste ? Etre juste, leur répond-t-il, c’est-à-dire, respecter les autres, les règles sociales d’égalité et ne pas tricher, ne pas accroitre les inégalités entre les hommes. Cette justice est fondée sur la fraternité universelle : tous les hommes sont égaux en droit et en dignité, partout sur la terre.

Pouvons-nous entendre cette page d’évangile sans la rapprocher de ce que nous vivons depuis plusieurs semaines dans notre pays ? Sans entrer dans un débat politique, nous entendons bien que des revendications réclament cette juste répartition des richesses. Il y a trop d’inégalités, de fossés et d’injustice sociale. C’est un fait chez nous comme dans tous les pays du monde. Le chrétien ne peut pas être sourd et aveugle. Jean le Baptiste lui ouvre les oreilles, les yeux et le cœur.

Il nous dit à tous : soyez humains, fraternels, des hommes de partage. Trouvez le chemin de l’équité et de la reconnaissance. Aujourd’hui, il y a trop de monde qui n’ont pas le nécessaire pour manger et vivre dignement. Nous ne pouvons pas ignorer la situation et ne rien faire et dire. Laissons résonner encore une fois le chapitre 25 de saint Matthieu : « J’avais faim et tu… ». Jésus nous recentre sur l’homme !

Que devons-nous faire devant les immigrés, les pauvres, ceux quoi sont au chômage, ceux qui souffrent d’injustice, etc. ? D’abord faisons attention à eux, ils sont là, tout près de nous, et trouvons l’attitude respectueuse pour les accueillir, les écouter, les rencontrer. En fonction de la situation, cherchons avec eux le chemin du réconfort, de la fraternité dans la justice et la dignité. Vivre en chrétien l’AVENT, c’est incarner notre foi au Christ dans des actes concrets qui donnent la vie. Jean le Baptiste annonçait la venue de Jésus, nous, nous annonçons qu’il est toujours là entrain de venir dans notre humanité fragile. Il nous conduit sur le chemin de l’amour du prochain et de Dieu le Père. Trouvons ensemble ce chemin de la justice et de l’amour fraternel. Il est le chemin de Dieu.

Père Jean COURTES

Les commentaires sont fermés