Aimer ses ennemis ! – 7° dimanche C – 24 février 2019

Comment est-ce possible quand une personne nous a fait beaucoup de mal ? Quand un de nos amis a abusé de notre bonne foi pour nous tromper ? Quand votre enfant a subi des agressions verbales ou corporelles ? Quand vous avez perdu votre réputation à cause de rumeurs mensongères répandues par une de vos connaissances ? Quand… ? A chacun de continuer cette liste qui peut être longue.

Aimer ses ennemis, est possible, nous disent quelques personnes qui ont réussi à le faire. Maïté GIRTANER, par exemple, jeune pianiste de 19 ans, qui fait passer en Suisse des juifs pendant la seconde guerre mondiale, qui est arrêtée et torturée. 40 ans plus tard, son bourreau lui demande un rendez-vous. Après hésitation elle accepte et cet homme vient lui demander pardon pour tout le mal qu’il lui a fait. Elle lui pardonne. Pensons aussi à Jean-Paul II qui va rencontrer dans sa cellule l’homme qui a voulu le tuer et qui l’a blessé à vie. Le geste de pardon du pape a fait le tour du monde pour nous inviter à faire de même.

Pourquoi aimer ses ennemis ? D’abord et avant tout pour sortir soi-même de la spirale du ressentiment qui nous mine inlassablement. Nous ne serons jamais heureux si nous avons toujours de la haine ou une volonté d’agression contre quelqu’un et quelques en soient les raisons. Ensuite parce que nos agresseurs ne se réduisent pas au mal qu’ils nous font. Or, nous les enfermons souvent dans le mal qu’ils ont fait. Essayons de voir plus large, non pas de comprendre pourquoi ils nous ont fait ce mal, mais de les regarder autrement, avec leurs possibilités de changer. Enfin ne rajoutons pas du mal au mal, arrêtons cette histoire de malheur. Nous en avons la possibilité avec le pardon.

Oui, je sais que vous allez me demander comment faire pour pardonner à ses ennemis. Je n’ai pas la prétention d’avoir la solution ou des recettes infaillibles, mais je sais que si vous le voulez, vous le pouvez. Et si vous n’y arrivez pas seul, faites-vous aider par une personne en qui vous avez confiance. Avec elle, vous prendrez un peu de recul, vous sortirez de l’émotionnel et vous envisagerez des paroles et des gestes propres à marquer votre désir de sortir de cette relation malheureuse. Enfin, nous les chrétiens, confions-nous à l’Esprit Saint dans la prière. Demandons-lui de nous aider à pardonner, de nous mettre sur ce chemin de vie où toutes choses nouvelles peuvent arriver. Il est là, en nous, pour nous guider sur le chemin de l’amour total.

 

Père Jean COURTES

 

Les commentaires sont fermés