La Trinité – 16 juin 2019

Casse tête pour ceux qui essaient d’expliquer, source d’hérésies,  de mal croyance, de déviance au cours des siècles, la Trinité pose problème dès que l’on veut mettre Dieu en formules. Peut-être faut-il revenir à l’évangile tout simplement. Jésus nous révèle Dieu comme son Père, comme notre Père. Les liens qu’il a avec lui sont si forts, si intimes, si vitaux qu’ils inséparables : « Nul ne peut connaître le Père si non le Fils. » Jésus promet et donne l’Esprit saint à ses disciples pour être avec eux jusqu’à la fin du monde et pour qu’il leur rappelle tout ce qu’il leur a dit de Dieu. Voilà la Trinité en acte, qui continue l’œuvre d’amour de Dieu pour l’humanité. Elle se manifeste de différentes manières au cours de l’histoire et aujourd’hui encore, elle nous donne accès à la vérité de Dieu.

Laissons tomber les équations et les calculs, revenons à la lecture spontanée de l’action de Dieu dans nos vies et dans le monde. Reprenons conscience de cet Esprit d’amour qui nous anime et qui nous donne l’audace de parler de Dieu, de donner sens à notre vie et à celle de l’humanité. Redécouvrons la symphonie des merveilles de Dieu dans le monde. Elle se joue tous les jours dans le sourire des enfants, dans l’amour conjugal, maternel et paternel, dans la fraternité, l’échange vrai et le pardon, dans les larmes de joie ou d’abandon, dans la confiance de se sentir, de se savoir aimé. L’amour est au cœur de la Trinité, car il lie à tout jamais le Père, le Fils, l’Esprit saint et nous. L’amour ouvre le cœur de Dieu à notre humanité qui a un besoin vital d’être portée, accompagnée, stimulée. L’amour se parle avec des mots, des gestes et dans les évènements les plus quotidiens ou les plus exceptionnels. Dieu est amour, il nous le manifeste, il se réjouit de nos vies d’amour et de notre bonne volonté à aimer. Il appelle son Eglise à aimer aujourd’hui notre monde tel qu’il est. Regardez elle essaie de le faire humblement par les chrétiens aux quatre coins de la terre. Dieu soit loué ! Alléluia !

Père Jean COURTES

Les commentaires sont fermés