Pain des hommes et pain de Dieu ! 23 juin 2019

Ce récit de la multiplication des pains est très symbolique. Il nous rappelle celui de la manne au désert où Dieu donne chaque jour à manger à son peuple, ou encore la veuve de Sarepta qui partage avec le prophète Elisée le peu qu’elle a pendant une grande famine. Dieu écoute le cri de son peuple, il veille sur lui, prend soin de lui, il lui donne la vie. Comment ne pas penser à la Cène, à l’Eucharistie d’autant plus que la  première lettre de Paul aux Corinthiens nous rapporte les premières messes ? Jésus donne sa vie encore, en donnant son corps et son sang à ceux qui croient en lui et s’unissent à sa mort et sa résurrection.

Jésus fait appel à ses disciples. C’est eux qui sont inquiets du gite et du couvert et qui veulent que Jésus annonce la dispersion, vu leur manque de moyens. Le « donnez-leur vous mêmes à manger » les déconcerte : avec 5 pains et 2 poissons que faire pour 5 000 personnes ! Le miracle nous ramène à la vie que le Ressuscité donne en abondance à tous ceux qui l’écoutent, à ceux qui communient à sa vie.

Nous pourrions rêver devant un tel texte et pleurer puisqu’en 2018, 124 millions de personnes ont souffert de la faim. S’il y a un Dieu qui s’intéresse aux hommes, que fait-il ? Pourquoi ne règle-t-il pas de manière définitive ce problème récurrent et tragique ? Pourquoi son Eglise, puisqu’il se sert des disciples, ne se mobilise-t-elle pas pour donner à tous de quoi subsister ? Elle est la seule organisation mondiale qui pourrait le faire. Mais bien sûr, il y a les questions politiques, économiques et logistiques qui rendent les choses complexes. La demande de Jésus reste toujours d’actualité et nous est adressée : nous les chrétiens sommes-nous vraiment mobilisés pour éradiquer la faim dans le monde ?

Nous le savons tous, le pain ne suffit pas, l’homme a besoin de parole, d’amitié, de relations d’amour, de projets, d’espérance et de tout ce qui donne sens. Le chrétien se nourrit de la parole de Dieu. Elle le rejoint en profondeur parce qu’elle lui parle au cœur du projet de Dieu pour l’humanité et pour lui. Elle lui dit l’alliance et l’amour, elle lui rappelle son désir de communion, elle actualise le don définitif de la vie de Jésus pour tous. Pendant la messe, avec un peu de pain et un peu de vin, Dieu renouvelle sans cesse le miracle du don de sa vie. Ouvrons le cœur, ouvrons la main et recevons le Corps du Christ dans la joie de sa présence et de sa communion. Par elle, nous devenons des hommes et des femmes nouveaux.

Père Jean COURTES

 

Les commentaires sont fermés