Ecoute la voix du Seigneur !- 16° dimanche C – 21 juillet 2019

 

Vous qui me lisez, à qui vous identifiez-vous ? A Marthe, maitresse femme, qui est dans l’organisation nécessaire,  la préparation du repas, le train de la maison, etc., -il y a tant à faire pour que tout marche et soit bien !- ? A Marie, qui semble peu intéressée et pressée par les taches ménagères, qui préfère la convivialité, le dialogue et que sa sœur fasse le service ? Beaucoup pensent comme Marthe que les choses ne se font pas toutes seules, que nous ne vivons pas que d’amour et d’eau fraiche et donc qu’il faut faire ce qu’il y a à faire. C’est vrai, bravo et merci à vous qui faites.

Alors pourquoi Jésus lui dit-il que sa sœur a choisi la meilleure part ? N’y a-t-il pas comme un jugement et une injustice ? Possible, mais il insiste surtout sur la nécessité de l’écoute. A quoi bon faire tout, tout de suite et ne faire que cela ? Marie s’est peut-être levée pour aider sa sœur, mais elle a choisi la meilleure part, celle de l’attention et de l’écoute, sûrement du dialogue. Que de femmes aimeraient souvent que leurs conjoints soient moins dans le faire et plus dans l’écoute active ! Que de femmes attendent autre chose que des cadeaux utiles pour exprimer leur amour ! Que de femmes aiment et attendent impatiemment ces têtes à têtes où chacun écoute l’autre et lui redit son attachement et son affection !

Dans cette page de l’évangile, Jésus ne dit pas autre chose. En effet, en soulignant l’attitude de Marie, il nous redit que l’écoute est indispensable à l’alliance et à l’amour dont il est porteur. Il est celui qui nous en dévoile la profondeur. Nous sommes enfants de Dieu et nous sommes ensemble cette humanité qu’il aime et pour laquelle il a envoyé son Fils. Jésus est ce Verbe, cette Parole qui porte la Bonne Nouvelle. Pour l’entendre, il faut s’arrêter, être attentif et se mettre sur la même longueur d’ondes. Il nous parle au cœur, il nous parle d’amour, il nous parle de notre relation à Dieu. Ecoutons la voix du Seigneur. Elle est parfois directe dans la méditation, la prière, le silence, elle est parfois dans la lecture de l’évangile ou d’un texte de Paul ou d’un écrit spirituel, elle est parfois dans le témoignage et la vie d’un compagnon de route. Elle est toujours audible quand nous nous posons pour l’écouter et la laisser parler à nos oreilles et à notre cœur. Puisse cet été nous aider à l’entendre une nouvelle fois.

Père Jean COURTES

Les commentaires sont fermés