L’amour du Christ au centre ! – 23° C – 8 septembre 2019

A la première écoute, nous pouvons être choqués par les propos de Jésus : « Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, etc., il ne peut pas être mon disciple. » Jésus nous couperait-il de nos proches, nous demanderait-il de les aimer moins, de les abandonner ? Impossible à vivre, mais aussi que deviendrait son commandement de nous aimer les uns les autres comme il nous a aimés ?

La deuxième lecture, la lettre de Paul à Philémon peut nous donner une clé de compréhension. Onésime, esclave de Philémon, s’est enfui et s’est réfugié chez Paul qui l’a baptisé. Il a baptisé aussi Philémon et sont très amis. Paul pourrait lui demander avec insistance d’affranchit Onésime au nom de la foi chrétienne et de leur amitié. Il n’en fait rien. Il fait appel à sa conscience : « regarde Onésime comme un homme, un frère en Jésus-Christ et plus comme un esclave, lui dit-il. Pour cela rappelle-toi ton baptême et l’amour du Christ pour toi. » Paul remet le Christ au centre de toute la vie de Philémon. Comme il l’écrit aux Galates, nous sommes tous fils de Dieu par la foi au Christ Jésus et par le baptême, alors il n’y a plus ni juif, ni grec, ni esclave, ni homme libre, ni homme, ni femme car nous faisons qu’un en Jésus-Christ.

Il ne s’agit donc pas de hiérarchiser l’amour du Christ et nos amours humains, mais de reconnaître que l’amour du Christ pour nous est au centre de nos vies, qu’il est la source de tout amour. Jésus nous dit dans cette page d’évangile que si nous reconnaissons que Jésus nous aime, alors tous nos amours sont marqués de son empreinte. En aimant notre père, notre mère, notre mari, notre femme, nos enfants, nos amis, nous vivons de l’amour de Dieu dans toutes les dimensions de notre vie.  Sortons de nos petits calculs, de nos étroitesses, de nos préférences, de nos partis-pris, pour laisser le Christ dilater notre cœur et notre vie aux dimensions de son amour.

Laissons nous regarder par le Christ, car il nous aime !

Père Jean COURTES

 

Les commentaires sont fermés