Sainte famille ! 29 décembre 2019

Qui aurait l’audace d’attribuer ce qualificatif à la sienne ? Nous la connaissons trop dans tous ses détails pour pouvoir nous en glorifier pour l’éternité, et pourtant elle nous colle à la peau que nous l’aimions ou la rejetons. L’Eglise a institué cette fête de la sainte famille après Noël, belle occasion de prier pour la nôtre, mais aussi pour écouter une bonne nouvelle assez contrastée. En effet, le Sage Ben Sira nous parle de la famille idéale : un père heureux de la vie de ses enfants, une mère comblée d’affection, des enfants qui prennent en charge leurs parents dans leurs vieux jours, etc. Le rêve ! Heureusement Paul rappelle aux Colossiens, comme il l’avait fait quelques années plus tôt aux Ephésiens, que la famille se vit au jour le jour dans les relations interpersonnelles et qu’un chrétien se doit d’essayer de vivre concrètement le grand commandement de l’amour fraternel au nom de sa foi. Famille idéale que celle de Jésus ? Avouons que nous ne savons pas grand-chose sur elle. Le texte d’aujourd’hui nous apprend que Joseph part en Egypte pour mettre sa famille en sécurité, avant de revenir s’établir à Nazareth. Sur les relations entre Marie, Joseph, Jésus et leurs familles : rien ! Elle est sainte parce que Dieu est présent et que Marie, Joseph et Jésus croient en Dieu

La famille c’est capital, avec elle nous vivons le meilleur et parfois le pire. Les liens de sang nous font goûter aux joies de l’amour maternel, paternel et fraternel, ou à leur manque. Nous grandissons grâce à eux, nous nous « faisons » à travers eux et ce que nous sommes aujourd’hui, nous le devons en partie à leur présence ou à leur absence. Mettez l’amour dans vos relations familiales nous dit saint Paul. Tout un programme, tellement nous sommes sensibles et touchés par tout ce qu’un proche dit, fait ou ne fait pas. Mettez l’amour dans vos relations familiales, c’est-à-dire vivez dans le don et non le dû ; vivez dans le service et non dans l’exigence, vivez dans l’attention à l’autre, dans l’écoute et non dans le repli et l’égoïsme. Mettez l’amour dans vos relations familiales, c’est-à-dire vivez le pardon sous toutes ses formes. Mettez l’amour dans vos relations familiales car vous serez heureux et que vous rendrez grâce à Dieu qui la bénit et la sanctifie.

Puissions-nous être très heureux en famille !

Père Jean COURTES

Les commentaires sont fermés