Sainte famille ! – 30 décembre 2018

Pourquoi ce titre donné à la famille de Jésus, alors que le récit de l’évangile d’aujourd’hui,  nous présente un fils fugueur et un adolescent arrogant ? Croyez-vous sincèrement qu’entre Marie, Joseph et Jésus, il n’y a jamais eu de tensions, d’incompréhensions et de vexations ? Croyez-vous que leur vie quotidienne n’a été qu’amour, attention et service ? Croyez-vous que parce que parce que Jésus est le fils de Dieu, la maison de Nazareth est le ciel sur la terre ? Vous pouvez toujours rêver, mais si le mot incarnation a du sens pour vous, alors dites-vous que Jésus a vécu notre existence humaine dans toutes ses dimensions, avec ses grands moments de joie, mais aussi ses tensions et ses difficultés. Si vous doutez, relisez les évangiles.

Nous rêvons tous d’une famille unie où l’amour, l’entente, le partage des taches, le respect, etc. tisseraient le quotidien. Et nous avons raison, car c’est bien son objectif. Elle est fondée par et pour l’amour et elle doit permettre à chacun et à tous d’en vivre et de grandir en humanité grâce à lui. La première lettre de saint Jean de ce dimanche nous le rappelle : nous sommes aimés de Dieu, nous sommes ses enfants. Cet amour nous sanctifie, c’est-à-dire qu’il nous transforme en profondeur pour qu’à notre tour nous puissions le vivre dans toutes ses dimensions. Et nous avons du chemin à faire tant nos égoïsmes, nos petits calculs et nos étroitesses nous détournent de Dieu et des autres. Une famille sainte n’est pas une famille bien polie, où il n’y a aucune tension, mais une famille où tout se vit dans la vérité, le respect mutuel et l’amour. Une sainte famille est celle où la parole de Dieu est écoutée et travaille le cœur de chacun, et où l’amour a toujours le dernier mot sous la forme du pardon et où la réconciliation.

Jésus, le Fils de Dieu, a vécu dans une famille. Elle est le lieu du bonheur pour beaucoup, celui du manque et de la souffrance pour d’autres. Elle donne beaucoup de joie, mais cause aussi des frustrations et des blessures. Sachons garder le meilleur, traverser les difficultés pour vivre le commandement de l’amour, car là où est l’amour, Dieu est présent.

Bonnes fêtes de famille !

Père Jean COURTES

Les commentaires sont fermés