13ème dimanche du temps ordinaire

27/06/2021 – 13ème dimanche du temps ordinaire

Sg 1, 13-15; 2, 23-24| Ps 29 (30) | 2Co 8, 7.9.13-15 | Mc 5, 21-43

Mireille

« Dieu n’a pas fait la mort, il ne se réjouit pas de voir mourir les êtres vivants. C’est par la jalousie du diable que la mort est entrée dans le monde ».

Lorsque j’ai lu ces deux phrases dans la lecture qui nous est proposée ce jour, cela m’a rappelé une petite histoire que nous racontait un de mes oncles lorsque nous étions plus jeunes :

Il était une fois dans un petit village deux voleurs qui ont volé un sac de maïs. Recherchant un endroit à l’abri de tout soupçon pour se répartir leur butin, ils décidèrent de faire le mur et d’aller se cacher dans un cimetière. Mais en voulant faire passer le sac de maïs par-dessus la porte, deux grains de maïs s’en sont échappés.

 Dans le même temps, un jeune sacristain lui de retour d’une fête bien arrosée la même nuit passa à côté du dit cimetière et entendit deux voix. Intrigué il se rapprocha de la porte du cimetière et comprit qu’il y a deux personnes en train de se répartir un butin.

Il prit peur et alla chez le prêtre du village pour lui dire : « mon Père, en passant devant le cimetière tout à l’heure, j’ai entendu le Seigneur et le Diable en train de se répartir les hommes du cimetière »

Curieux, le Prêtre mit sa soutane, prit son chapelet et lui demanda de l’emmener constater les faits, ce que le sacristain fit. Ils se rendirent donc tous deux devant le cimetière et de derrière la porte, ils purent entendre les deux larcins se répartir leur forfait. Quand les voleurs eurent fini, l’un d’entre eux demanda à son second de penser à rajouter les deux derniers qui seraient derrière la porte du cimetière dans les comptes. Quel quiproquo ? nos deux autres compères ayant cru que leur tour était venu d’être réparti, qui chez le Seigneur ? qui chez le Diable, eurent peur et prirent la fuite le prêtre en premier, …

Cette histoire m’a souvent fait rire parce que prise dans une certaine légèreté dotée de jugement vis-à-vis de ce prêtre en l’occurrence (qui pourrait être aussi considéré les scribes d’Israël).

Mais aujourd’hui la première lecture tirée du livre de la sagesse me fait reconsidérer l’attitude des deux hommes de foi. Dieu et le Diable se partageraient vraiment les hommes dans notre monde mouvementé ?

Greg

Que retient-on de cette histoire, c’est qu’ils ont tous les deux peur. Cette peur, ici incarnée par le diable, nous aveugle, nous divise, nous paralyse et nous conduit à la mort.

Le diable ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui.

Diabolus en latin, diabolos en grec :  cela signifie « Celui qui divise » ou « Celui qui désunit »

La mort c’est l’enfer, cet enfer qui nous ment : l’enfer me ment, en trois mots. C’est aussi l’enfermement en un mot : le repli sur soi.

Cette mort représente tout ce qui nous éloigne de Dieu et des autres.

Dans notre quotidien nous faisons face à ces petites morts en ne se rendant pas assez disponibles pour notre prochain.

A travers ces textes, Dieu nous invite à lui faire confiance humblement et l’évangile de St Marc nous invite à avoir une foi humble et intime contrairement au diable qui est tapageur. A l’exemple de la femme hémorragique qui a pu créer un lien presque intime avec Jésus ou de et Jaïre qui croient avant le miracle :

« Ma fille, ta foi t’a sauvée Va en paix et sois guérie de ton mal. »  ou la parole de Jésus à Jaïre  “Ne crains pas, crois seulement !” 

Comme le dit Jean-Paul II : « N’ayez pas peur ! »

Isa

Dieu nous invite à avoir foi en lui, même dans les moments de peur, de souffrance, de doute, à choisir la vie.

La vie, c’est la lumière de Dieu, la connaissance de son amour infini.

La vie c’est l’espérance, le courage de renoncer à ces petites morts

Nous avons tous une part de Dieu en nous (Dieu nous a fait à son image) et c’est dans nos actes du quotidien que se révèle son Amour.

Nous qui avons cette chance de connaître sa Parole, soyons des témoins chaque jour de l’amour, la joie, le don de soi, l’attention à l’autre, la justice. C’est à travers chacune de ces actions que l’on affaiblira le mal pour que la puissance de la vie l’emporte.

Puissions-nous Prions pour être du côté de la vie et donc de Dieu et que demeure en nous la foi, l’espérance et la charité.

Mireille, Greg, Isa

Les commentaires sont fermés.