Rencontrer, adorer, offrir ! Epiphanie 5 janvier 2020

Quelle belle histoire ! Elle enchante tout le monde avec ces mages et tout le mystérieux qu’ils transportent avec eux. Ils viennent dans la ville sainte, ils viennent d’ailleurs ; ils sont à la recherche de Dieu. Ils le cherchent dans le cosmos et ils croient en apercevoir quelques signes dans cette étoile qui les conduit à Jérusalem. Ils cherchent le roi des juifs qui d’après eux vient de naître et ils osent le dire à Hérode, roi des juifs. La suite vous la connaissez par ce récit de l’évangéliste Matthieu et par la tradition qui au long des siècles leur a donné un visage, une origine différente et même le titre de roi, un comble !

La naissance de Jésus ne cesse de questionner sur le fond : est-il oui ou non le fils de Dieu ? Le texte parle de roi des juifs, mais il faut traduire par le Messie attendu par tout un peuple pendant des siècles. Lui, il sera l’envoyé de Dieu, il sauvera son peuple, il lui redonnera sa place dans le monde, sa force et la puissance de sa foi. Voilà ce que l’on attend du roi des juifs et non un administrateur politicien qui ne pense qu’à se maintenir au pouvoir coûte que coûte. Qui est cet enfant qui vient de naître ? Ni la science, ni la religion, ni les calculs, ni le pouvoir politicien, personne ne peut le dire. Pourquoi en faire un roi ? Parce que l’envoyé providentiel de Dieu sera comparé au roi David, en mieux bien sûr, mais aussi au grand prêtre, homme de prière, et au prophète, homme de la parole de Dieu. Comment eux, ont-ils découvert le fils de Dieu ?

D’abord, les mages sont trois : ils mettent ensemble leur recherche, leur savoir, leur énergie et leur volonté d’aller plus loin, de trouver. Hérode est seul dans son palais, sa religion son entourage, préoccupé par sa seule volonté de rester au pouvoir. Ensuite, les mages se mettent en route vers l’inconnu. Ils n’ont peur de rien. Leur bonne volonté et leur désir de trouver Dieu est leur moteur, leur énergie et leur espérance. Enfin, quand ils sont devant l’enfant, ils n’ont pas besoin d’explication et de démonstration. Ils se prosternent, admirent et offrent leurs cadeaux. Devant la vie naissante qu’ils associent à Dieu, ils se sentent à la fois humbles et comblés. Que faire d’autre que de dire MERCI et d’offrir ce que l’on a. Les leurs sont symboliques : l’or parce que Jésus est roi, l’encens parce qu’il est Dieu, la myrrhe parce qu’il est homme. Ils viennent d’ailleurs, ils représentent toute l’humanité !

Alors cette fête pour nous aujourd’hui ? Quelle bonne nouvelle ? Soyons des chercheurs de Dieu et essayons de le rencontrer chez les hommes, car il n’est pas dans les livres, la science et la religion. Quand nous trouvons chez l’un ou l’autre une trace d’amour, arrêtons-nous c’est une trace de Dieu, admirons, prions et offrons ce que nous avons de plus précieux : nous !

Epiphanie : Dieu se manifeste aujourd’hui, cherchons-le !

Père Jean COURTES

Les commentaires sont fermés