Dimanche des Rameaux et de la Passion – 5 avril 2020

Fra Angelico

Drôle de fête des Rameaux cette année ? Comment acclamer Jésus, Messie et Fils de Dieu, chacun chez soi, coupés de nos communautés chrétiennes ? Notre Eglise est réduite au silence ! En participants aux applaudissements chaque soir à 20 h pour remercier et encourager le personnel soignant, je me suis dis qu’à Jérusalem ils ont du vivre quelque chose de similaire. Unis par la prière et la lecture de l’évangile, en nous confiants les uns et les autres à Dieu notre Père, nous affirmons notre foi et notre espérance malgré les difficultés que nous vivons. Oui, Jésus est là, présent au cœur de nos vies et de celle du monde. Il est celui qui nous révèle que l’amour est plus fort que tout, que Dieu nous aime d’un amour infini et qu’il nous entraine au-delà de nos limites vers sa vie. Pour cela, acclamons-le !

Mais l’évangile des Rameaux est suivi de la lecture de la Passion de Jésus. L’amour ne gomme pas la souffrance et la mort. L’amour rencontre les calculs, les disgrâces et les abandons même des plus fidèles. L’amour se vit à certains moments dans la solitude et l’incompréhension. Jésus a vécu tout cela. Seul, il a affronté l’arrestation, le procès et la mort. Seul, il a crié vers Dieu son incompréhension et sa détresse. Seul, il a donné son dernier souffle pour qu’une nouvelle vie puisse venir au jour.

Aujourd’hui, nous méditons sa fin tragique en pensant à tous ceux qui souffrent, tous ceux qui sont atteints par le covid-19. Nous pensons aussi à tous ceux qui sont morts et qui meurent seuls, sans soutien de leurs proches. Nous pensons aussi à tous ceux qui sont endeuillés et qui ne peuvent exprimer leur soutien, leur réconfort et leur amour à ceux qu’ils aiment. Aujourd’hui, la croix est portée par beaucoup et nous prions Dieu de prendre le relais, de les soulager, de le aider à espérer. Aujourd’hui la Passion est une réalité douloureuse pour beaucoup qui comme le Christ lancent le cri : « Mon Dieu pourquoi nous as-tu abandonné ? » Croire, quand l’esprit et le cœur sont brouillés n’est pas chose facile. Pourtant, si Jésus nous entraine avec lui sur ce chemin de la Semaine Sainte, nous savons que Dieu ouvre les tombeaux, qu’il ne laisse personne enfermé dans la mort, que lui seul a le pouvoir de transformer nos vies en vie éternelle. Alors, prenons avec lui, une nouvelle fois, le chemin de la croix. Il a une couleur bien particulière pour beaucoup d’entre nous cette année. Puissions-nous garder l’espérance de la Résurrection qui est là, toujours présente et que nous fêterons dimanche prochain.

Que Dieu vous bénisse et vous garde.

Père Jean COURTES

Les commentaires sont fermés