Tiens ma lampe allumée ! – 32° A – 8 novembre 2020

cathédrale d’Albi

Quel évangile difficile pour ceux qui ont 20 ans ! N’ont-ils pas besoin d’un peu de folie ou d’insouciance pour être heureux dans leur vie ? Alors, en ce temps de pandémie où les chiffres de personnes en réanimation et de morts ne cessent d’augmenter chaque jour, écoutons avec attention cette parabole de Jésus.  Comme souvent, elle n’est pas facile à interpréter et nous risquons de passer à côté du message. Que nous dit-elle ? Le Royaume des cieux ressemble à une noce où se rencontrent les mariés et les invités, mais pour participer à la fête, il faut avoir sa lampe allumée et de l’huile pour le recharger. Que représente cette huile ?  Est-ce le désir de rencontrer les mariés, la volonté de participer à la fête, de grandir dans leur amitié ? En fait pour faire partie de la noce que leur faut-il ?

Luc, dans la perspective de la fin des temps, nous invite par cette parabole à nous préparer à rencontrer le Ressuscité. L’image des vierges folles nous met peut-être sur la voie des disciples qui ne préparent pas assez ce moment de la rencontre finale. Certes, ils croient en Jésus ressuscité, mais pour eux, le moment présent suffit, ils ne pensent pas à l’avenir. Ils semblent même engourdis dans le présent. Les vierges sages au contraire se préparent à entrer dans cette noce, elles sont dans une attente active, prête à tout moment à participer à la fête du Royaume. Dans cette perspective, l’huile représente l’attente et nous comprenons mieux pourquoi les « sages » ne peuvent en donner au dernier moment aux « folles ». Une attente se vit et n’est pas une marchandise que l’on peut se partager.

Alors, la question que nous pose cette parabole est bien celle de notre foi en notre résurrection et donc de notre mort et de notre espérance. Croyons-nous qu’à notre mort notre vie avec Dieu prendra une autre dimension ? Croyons-nous que nous serons transformés par lui ? Croyons-nous que nous le verrons face à face ? Sommes-nous des croyants au Christ ressuscité en pensant qu’un avenir avec lui aura lieu après notre mort, ou nous contentons-nous du présent ? Certains vivent leur vie à la lumière de l’évangile et ne se préoccupent pas du lendemain. S’il y en a un, Dieu y pourvoira ! Par contre cet évangile nous demande d’y penser et de préparer notre entrée dans ces noces éternelles. Pour cela, il faut les attendre activement. L’huile dont nous avons besoin en ce temps est bien celle de l’attente de ce moment, de cette résurrection qui nous est promise. Comme dit Paul aux Thessaloniciens, Jésus viendra nous prendre avec lui pour toujours.

Cette parabole nous dit une Bonne Nouvelle : une noce nous attend après notre mort, mais elle s’espère et s’attend activement maintenant. Tiens ta lampe allumée, c’est à dire sois prêt pour la grande rencontre d’amour que Dieu prépare pour tous.

Père Jean COURTES

Les commentaires sont fermés